Livres du mois #1

J’ai décidé de plus vous parler de livres par ici, car la lecture est une chose qui prend beaucoup de place dans ma vie. J’aime trop parler des livres que je lis, même si mes résumés ne sont jamais très concis ou clairs. Il est souvent difficile d’expliquer et de rendre justice aux histoires parfois, mais heureusement que je le fais à l’écrit car à l’oral je m’embrouille et fais des moulinets avec mes bras pour tout expliquer.

Voici donc les livres que j’ai préféré lire cet été: on commence tout de suite par un cycle de romans de fantasy (♥) écrit par Christelle Debos, dont la sortie du dernier tome n’est pas encore prévue (à mon grand, grand désespoir). C’est une saga jeunesse mais la qualité de ces livres prouvent encore une fois qu’on peut être adulte et piocher ses lectures dans le rayon jeunesse. A vrai dire, je ne le savais pas en achetant le tome 1 et ça ne m’a pas effleuré l’esprit en le lisant.

 

La Passe-miroir

Tome 1 // Les Fiancés de l’Hiver

      Tome 2 // Les Disparus du Clairdelune

     Tome 3 // La mémoire de Babel

 

Quand j’aime un bouquin je ne peux plus le lâcher, j’en rêve la nuit et j’attends avec impatience le moment où je peux enfin reprendre ma lecture. Cela a été le cas avec ces trois romans. Après avoir fini le tome 1 (conseillé par une libraire à Toulouse, je la remercie x1000) j’ai même acheté les deux autres tomes alors qu’ils n’étaient pas sortis en poche (j’attends toujours car c’est beaucoup trop cher sinon) et je les ai dévorés en 4 jours (même moins je crois – oui je passe mon temps à lire).

4V9A2564

 » Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant. »

 

Ce que j’ai aimé dans ces livres c’est qu’on ne peut pas prédire la suite: en lisant Les Fiancés de l’Hiver (tome 1) je n’aurais pas pensé à tout ce qui allait se dérouler dans La Mémoire de Babel (tome 3). L’histoire nous prend par surprise et tout est beaucoup plus complexe qu’on ne le croit au début. Le monde est vraiment bien pensé et je suis toujours ébahie par les auteurs de fantasy qui construisent des mondes originaux et c’est ce que j’aime dans les livres en général: construire la représentation de ces mondes dans sa tête et s’évader là-bas avec les héros et héroïnes. La chose qui m’a aussi attiré dans le premier bouquin est qu’on suit une jeune fille, imide et vraiment maladroite. Ophélie évolue au fil des romans (comme tout héros de fantasy qui se respecte) mais garde sa maladresse légendaire (on se sent très mal pour elle parfois) et n’est pas si naïve que ça au début: bien que promise à un époux occupant un poste très important, elle ne se fait pas d’illusions quant à sa vie là-bas, même si la réalité sera plus dure que ce qu’elle a imaginé. Elle aimerait juste rester tranquille dans son musée où elle travaille depuis toujours, avec son grand-oncle un peu rebelle.

Pour vous situer un peu, le monde se compose d’Arches qui sont liées à un Esprit de Famille, un ancêtre très puissant et immortel qui transmet ses pouvoirs aux habitants de son Arche. Ophélie vient d’Anima, l’arche d’Artémis qui est maîtresse des objets. Les objets ont donc une âme sur Anima et Ophélie possède un don de liseuse (elle peut retracer le passé de ces objets en les touchant) et de passe-miroir (elle peut voyager de miroir en miroir). Les Doyennes d’Anima la destinent à un mariage diplomatique avec Thorn, un homme du Pôle. L’Esprit de Famille du Pôle est Farouk, maître des esprits, et toute la Cour (divisée en clans, et chaque clan a des dons propres) autour de lui ne vise qu’à rentrer dans ses faveurs. Ophélie découvre une société très hiérarchisée, jusque dans la construction de la Citacielle. C’est une énorme ville volante, capitale du Pôle, où Farouk vit tout en haut et les plus pauvres tout en bas.

Thorn, l’homme auquel est promise Ophélie est très sombre et secret. Au fil des romans, j’ai vite apprécié cet homme profondément triste, bourru, indélicat et marié à son travail. Il représente la droiture morale et professionnelle que sont dépourvus les habitants de cette société cynique. 

Ophélie est trahie maintes fois et les personnages ne sont pas tout blancs, ni tout noirs, et leurs histoires sont très travaillées. Ce ne sont pas juste des simples méchants ou de simples alliés et c’est aussi pourquoi ce bouquin frise le génie, en plus de l’imagination incroyable à laquelle on fait face quand on lit les descriptions de chaque recoin de la cité.

Je ne sais pas quoi dire de plus sans vous spoiler mais si vous aimez la fantasy foncez, c’est une de mes révélations de l’année et cela faisait depuis l’Assassin Royal (♥) que je n’avais pas autant accroché à une saga. Rien qu’en écrivant cet article le monde s’est reformé dans ma tête et c’est incroyable le pouvoir que peux avoir un bouquin dans notre imagination.

♥♥♥

2 réflexions au sujet de « Livres du mois #1 »

  1. Ping : Livres du mois #3 – Léa

  2. Ping : Livres du mois #2 – Léa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s