Roadtrip en Islande

Le mois dernier, je suis partie en Islande avec ma super amie Dounia, ma copine de voyage avec qui je pourrais partir au bout du monde sans aucun problème (même si la fatigue nous fait devenir ronchons, on s’aime toujours très fort).

Nous sommes arrivés à l’aéroport de Keflavik le mardi 4 juillet et avons commencé notre roadtrip direct en arrivant car nous avions loué une voiture à une des agences près de l’aéroport (on est passées par Blue Car Rentals, qui sont très pros et pas du tout escrocs, j’avais peur de ça car j’avais lu plein de témoignages de touristes qui avaient du payer des sommes astronomiques – avec d’autres compagnies – après avoir rendu leur voiture. On a même eu une voiture plus grande que celle réservée, et super confortable). J’avoue je n’étais pas trop rassurée de conduire en Islande: je ne suis pas la personne la plus à l’aise en voiture au quotidien alors conduire tous les jours pendant une semaine (Dounia n’a pas encore son permis) me paraissait une épreuve à surmonter (surtout que j’avais peur des routes islandaises), mais au final tout s’est extrêmement bien passé et je suis contente d’être sortie de ma zone de confort. Parce que l’Islande sans voiture je pense que ce n’est vraiment pas possible (ou alors pas le même délire en bus de groupes touristiques, et à vélo NON merci – encore moins faire du stop).

On a pas fait le tour de l’Islande, mais bien exploré l’ouest et le sud. Un jour cela me brancherait bien de faire le reste. En jaune, notre trajet:

chute-deau

Les premiers km sont vraiment impressionnants, le paysage est lunaire et tu n’es pas habitué à voir un paysage aussi peu touché par l’homme. Avant de passer notre première nuit en Islande à Grindavik, on est passés par le Blue Lagoon voir pourquoi l’endroit est si bondé de touristes. C’est joli, l’eau est bleue et ça a l’air agréable de se baigner dedans mais le monde qu’il y avait (en plus il faut réserver) et le prix du billet d’entrée nous aurait défoncer notre budget qui allait déjà s’en prendre plein la gueule (oui, c’est vraiment CHER l’Islande). J’ai donc pris quelques photos pour la forme puis nous sommes descendues à Grindavik, premier lieu de camping pour nous.

On a vite été frappées par le calme qui règne en Islande, il n’y a vraiment pas un chat, et même dans les petits villages tu ne croises pas d’habitants (ou presque). A vrai dire je pense qu’en Islande, surtout l’été, tu as plus de chance de voir des touristes que des Islandais. On a trouvé une petite place dans l’herbe dans le camping (réputé genre 4 étoiles, car il y a des buttes qui protègent du vent et un endroit pour faire sa cuisine) et on est allés à la piscine. C’est une vraie institution en Islande que d’aller faire trempette et surtout se prélasser dans les jacuzzis. J’avoue que quand il fait froid dehors se baigner dans une eau à 40° c’est juste le bonheur. Là-bas il y a souvent 1 ou 2 jacuzzis avec une cuve d’eau très froide juste à côté, et les plus téméraires (c’est surtout l’habitude je pense), font l’aller-retour entre les deux. J’étais prête à le tenter mais finalement.. j’avais trop peur de mourir d’hypothermie. Se changer et prendre sa douche était folklorique car là-bas il faut le faire à oilp et la nudité ne pose aucun problème à personne, on triait nos affaires très lentement le temps que les femmes de notre vestiaire s’en aillent car on était pas à l’aise de se déshabiller devant elles. Après un plan minutieusement élaboré nous sommes passées à la douche l’une après l’autre avec Dounia, car même si on est très proches.. Je crois qu’on ne passera jamais ce cap là :d. 

4V9A1042

Le soir on a mangé dans un petit café vraiment typique (après avoir tourné 1h dans le village qui n’était pourtant vraiment pas grand; merci le Lonely Planet pas foutu de donner une vraie adresse) j’ai pris de la soupe de homards et Dounia de la soupe de légumes et on pouvait se resservir tant qu’on voulait. A 15€ la soupe heureusement d’ailleurs :d Puis un gentil monsieur au camping nous a prêté un marteau pour planter notre tente (bien sûr on en avait pas pris), et même si on a galéré à comprendre comment elle se montait au final elle était assez simple d’utilisation. Nos duvets à 0° nous ont permis de ne pas avoir froid, malgré le vent, la pluie et les températures proches d’un mois de novembre en France.

On est parties à Reykjavik le lendemain et on a visité la capitale qui est ma foi très mignonne. On ne s’est pas trop attardées car il pleuvait beaucoup et je pense qu’il n’y a pas énormément à faire dans cette ville, où en tout cas on était pas venues en Islande pour rester dans un territoire urbain. On voulait les grands espaces.

4V9A1147

4V9A1100

Nouveau camping ce soir-là, à Borgarnes; après avoir roulé dans le tunnel de Hvalfjörður vers Akranes, qui est sous l’eau et dure quelques km. C’était impressionnant de passer sous un fjord, tellement qu’en arrivant au péage de sortie je me suis trompée de voie et suis passée en mode yolo sans payer. Heureusement, j’ai pu faire demi-tour et payer mon dû, sinon on aurait eu les flics aux fesses. On a bien sûr vu plein d’endroits magnifiques sur la route. J’ai pesté tout le voyage car je ne pouvais pas m’arrêter toutes les cinq minutes pour prendre des photos. 

4V9A1243

Petite anecdote, on voulait se baigner ce soir-là (piscines=notre seul moyen pour prendre des douches et avoir chaud) mais je me suis aperçue que j’avais oublié mon maillot de bain à la piscine de la veille. S’en est suivi tout un périple pour en trouver un autre (le mec de la piscine de Borgarnes s’est demandé wtf pourquoi on lui demandait où est-ce qu’on pouvait trouver un maillot de bain) que j’ai finalement pu acheter le lendemain. Une chance car Borgarnes était le seul endroit vraiment habité qu’on allait voir avant des km (et surtout avec un magasin de sport, un des seuls dans tout le pays je pense :d).

Direction l’Ouest avec pour but le petit village de Stykkishólmur. Sur la route je me suis tapé un flip monumental car je roulais tranquillement et mon siège a commencé à chauffer mais de OUF, je pensais qu’il y avait un souci (surtout qu’on venait de prendre de l’essence.. moi et les voitures..) mais il y avait tout simplement un bouton pour activer les sièges chauffants qui se trouvait juste à côté de la boîte de vitesse. On a tellement ri ensuite, et pendant le reste de la semaine je m’amusais à le mettre en route pour Dounia qui croyait innocemment que ça se déclenchait tout seul. J’ai pu garder le secret pendant 2 jours avant d’exploser de rire quand, pour la 5è fois elle commençait à rouspéter contre ce système de sièges chauffants. :’)

4V9A1247

4V9A1248

Arrêt obligé ici, Berserkjahraun (pas du tout menaçant):

4V9A1341

Et arrivée à Stikky (oui on aimait bien l’appeler Stikky). C’est un petit village dans le fjord de Breiðafjörður, et tu peux prendre le ferry à partir de là pour aller dans le nord. De base on voulait faire ça mais ça coûtait trop cher et ça ne rentrait pas dans notre itinéraire.

4V9A1396

4V9A1399

Ensuite, direction Hellissandur, à la pointe de la péninsule. Encore des paysages de ouf.

4V9A1529

4V9A1533

4V9A1541

4V9A1568

4V9A1580
Lieu qui a inspiré la Saga d’Eyrbyggja (XIIIè et XIVè siècles)

Juste avant d’arriver à Hellissandur (et avant ou après Rif, je ne me rappelle plus), l’endroit prisé des photographes: l’église de Ingjaldshóll. J’ai vu deux photographes tapis dans les champs de lupin bleu (la seule fleur qui m’a l’air de pousser en Islande), c’était rigolo à voir et c’est vrai que le paysage est cool:

4V9A1612

S’en est suivie notre nuit dans la tempête, où il pleuvait et ventait tellement qu’il était impossible de mettre la tente. On a donc dormi dans la voiture mais franchement c’était pas pire, et on renouvellera l’expérience plus tard dans le séjour pour cause de trop froid ou trop la flemme. :d

Le lendemain nous sommes partis à l’assault du parc national de Snæfellsjökull, c’était beau. On a pris des pistes qui n’ont pas fait du bien à la voiture (j’étais surtout dans un état de stress intense pour ne pas rayer la caisse) mais on a fait tout le tour et pu admirer le volcan qui a inspiré Jules Verne dans Voyage au Centre de la Terre (♥).

4V9A1685

4V9A1693

4V9A1694

On a aussi croisé des elfes.

4V9A1717

On a du leur faire peur.

4V9A1732

4V9A1699

Petit arrêt pour voir les plages de sables noirs, et arrivée à Hellnar puis Arnastapi ou on a fait la petite randonnée/balade entre les deux villages. Il y avait une porte qu’il fallait absolument refermer quand on débute la balade, c’était trop incongru (la clôture et la porte en plein milieu de la nature). Je pense que ça devait être si des moutons imprudents voulaient franchir la barrière.. Oui parce qu’en Islande, il y a des moutons partout et DANGER surtout sur les routes. J’ai du m’arrêter une dizaine de fois pour laisser passer 3 moutons pas pressés de traverser, et pas inquiets du danger.

4V9A1762

4V9A1798

4V9A1822

On est passés voir les phoques à Ytri Tunga, et même s’ils étaient loin c’était magique de voir ces petites bêtes mi-sirènes mi-pâtés, j’ai kiffé. ♥

Et puis, retour à Grundarfjörður pour dodo avant de repartir dans le sud. Pas dégueu l’endroit:

4V9A1975

Nouvelle journée et avant de reprendre la route je suis allée à Olafsvik faire une excursion pour admirer les baleines. J’avais trop envie et j’étais trop impatiente mais au bout de 10 minutes sur l’eau le capitaine du bateau a décidé que le temps était trop dangereux (y’avait des vagues de ouf) et on est rentrés au port. On a été remboursés et je préfère ça que de risquer ma vie en pleine mer mais j’étais trop déçue.

Et puis ensuite beaucoup de route, j’étais trop fatiguée à la fin, surtout qu’on est obligatoirement passés par des endroits pas extrêmement jolis (à part le parc Þingvellir qui a une végétation trop étrange et les montagnes d’avant où on a croisé plein de bikers) mais on a été récompensées en arrivant à la méga cascade (qui fait pisser toute la nuit) de Skógafoss. On a à nouveau dormi dans la voiture car on était trop fatiguées pour monter la tente et je ne sais plus comment mais on (enfin Dounia :d) a activé l’alarme anti-vol de la voiture, un bel exemple de discrétion dans le camping le plus peuplé qu’on ai fait. 

4V9A2007

4V9A2029

Le lendemain, sur la route de Vik, on a fait un des trucs les plus ouf que j’ai fait dans ma vie, on a marché sur un glacier. Le glacier de Sólheimajökull, une langue glaciaire de de Mýrdalsjökull (énooorme glacier), au pied du volcan Katla. Au début je n’étais vraiment pas très chaude pour le faire car j’ai trop peur d’escalader des trucs et j’étais flippée d’être trop fatiguée et de ne pas pouvoir suivre le rythme. Finalement c’était super et notre guide était génial, trop sympa et adorable. Il tient un hôtel avec sa femme (le Volcano Hotel) et propose des excursions, qui sont vraiment cool car là on était seulement toutes les deux avec lui, et je préférais ça à une excursion avec un groupe de 20 personnes.

4V9A2074

4V9A2077

4V9A2082

C’était beauuuu.

Après une nuit bien méritée à Vik (le village où il pleut 362 jours par an mais par MIRACLE on est tombées les 2 jours où il faisait beau) on est allées à notre dernière destination: le lac proglaciaire de Jökulsárlón, au sud du glacier Vatnajökull qu’on a pu admirer tout le long de la route. On a vu des (petits) icebergs.

4V9A2131

4V9A2143

4V9A2192

Et après une dernière nuit à Vik (où on a découvert le meilleur restau qu’on ai pu faire, – c’était cool de manger autre chose que de la soupe et des sandwichs – impossible de retrouver le nom mais c’est le seul du village donc) on est reparti le lendemain à l’aéroport. Et puis retour à Paris et l’horreur de prendre le RER puis quarante métros différents avec les énormes valises et la mauvaise humeur des parisiens. Et pour moi retour à Lyon. 

Ce voyage en Islande était ouf, totalement dépaysant, je trouve ça incroyable que des gens y vivent toute l’année. Des fois tu vois des maisons paumées en plein milieu avec juste rien à des km à la ronde. Le temps est très changeant et c’est encore plus impressionnant quand tu roules (pluie soleil pluie vent pluie). J’appréhendais de ne pas arriver à dormir vu qu’en cette période de l’année le soleil ne se couche pas (tellement étrange, à 1H du matin tu crois qu’il est 17H) mais avec nos supers masques on a pas eu de souci.

Tout est étendu et chaque région à son paysage propre, que ce soit les champs de lave, les montagnes imposantes, les fjord de partout. On écoutait la BO d’Into The Wild en roulant, ça allait parfaitement. ♥

Une dernière photo et je vous laisse:

Et puis les moutons, quand même.

4V9A2061

♥♥♥

7 réflexions au sujet de « Roadtrip en Islande »

  1. Ping : Vidéo d’Islande – Léa

  2. Manayin

    J’en ai pris plein les yeux ! Tes photos sont superbes (bravo aussi pour le nouveau design de ton blog, vraiment sympa). Ca a l’air tellement particulier l’Islande par rapport à ce que je connais, mais ça me tenterait carrément !

    Aimé par 1 personne

    1. leafz

      Aw mercii! Je suis ravie que cet article t’ai plu et t’ai fait voyager un peu avec moi 🙂 C’est vraiment particulier comme pays, le retour en France a été bizarre! Merci encore ❤ Je vais essayer de faire une petite vidéo avec ce que j'ai pu filmer là-bas (:

      J'aime

  3. Anonyme

    AAAAAH léaa j’ai tellement ri en relisant ta narration de notre super périple ! Des souvenirs à VIE. C’était trop cool de partager ça avec toi, de émerveillements et des découvertes formidables (malgré mon côté grumpy). A Quand le prochain ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s