Du body shaming et du patriarcat

J’ai du mal à raconter trop de choses personnelles ici. Mais ce que je vais écrire pourrait ajouter un nouveau témoignage sur ce sujet, et plus on sera à pousser des coups de gueule plus ça fera avancer les choses. Déjà ces dernières années, il y a plein de trucs qui se passent, énormément de gens internet qui sont inspirants, ont les mots justes. On arrive à trouver du soutien partout. Et ça fait du bien. J’écris car le récent post de Diglee sur cette réalité affligeante m’a bien inspirée.

Donc: je vais vous parler du rapport que j’ai à mon corps, et pourquoi c’est lié à mon féminisme.

riots-not-diets_barbie-328x2192x

Je n’ai jamais été mince. C’est un fait, c’est ma morphologie. J’ai toujours eu un petit bidon. Quand j’étais petite, ma pédiatre m’a mis au régime car j’étais soi-disant en léger surpoids et je pense que tout a commencé par là. Je me rappelle d’un jour où j’étais allée acheter des habits avec ma maman (je devais avoir 9/10 ans), et ma mère me parlait de ce rendez-vous avec la pédiatre, et la vendeuse, tout en encaissant mes achats a commencé à me dire que oui c’était très important de faire attention, que si je faisais pas gaffe quand je serais grande je serais grosse. Voilà, la pire chose de mon avenir serait d’être grosse. Bien. Cela m’a beaucoup marqué. Mais ça allait plutôt bien, en fait je m’en fichais un peu d’être rondouillette (alors que vraiment je ne l’étais pas).

tumblr_o4zqdjlwhm1tdxtc7o1_500
Olive, qui pense déjà qu’elle est trop grosse, de ce fabuleux film Little Miss Sunshine

Arrivée au collège tout allait bien, jusqu’à ma 4è où j’ai commencé à être très, très mal dans ma peau suite à de nombreux facteurs (un chouia d’harcèlement scolaire, les cheveux gras, les seins qui poussent, bref, l’âge ingrat), mais pas forcément par rapport à mon poids. Bon. Ensuite, j’ai déménagé au Maroc (best décision EVER), j’avais 13 ans et demi. Arrivée dans un collège/lycée immense, j’étais en 3è14. J’étais effrayée mais je me suis tellement vite intégrée qu’avec du recul je trouve ça fou, tout le monde m’a accueilli. Bon je divague: j’avais un look très prononcé, chaussettes multicolores, baggys, énorme trait de crayon noir sous les yeux et j’en passe, bref l’adolescente rebelle parfaite. Je me trouvais plutôt pas mal, enfin dans la mesure où on peut se trouver pas mal quand on a cet âge-là. Et puis, un jour, je ne sais pas du tout pourquoi cette idée m’est venue en tête, mais je prenais un bain et je me suis dit « mon ventre n’est pas comme les autres filles, il n’est pas plat ». Et à partir de là.. et bien 10 ans après je complexe toujours là-dessus.

J’ai commencé à avoir honte de cette partie de mon corps. Je rentrais mon ventre pour pas qu’il dépasse, je le cachais tout le temps, j’avais constamment peur qu’on remarque que je n’étais pas fichue comme les autres filles. J’ai commencé à me trouver grosse. MAIS FRANCHEMENT JE NE L’ÉTAIS PAS. Quand je revois les photos de mes 15 ans, certes j’avais des hanches et une poitrine développée mais j’étais tellement loin de ce que j’avais en tête. C’est fou. On allait à la plage avec les copains et je me baignais avec un t-shirt (encore moins discret que de se mettre en maillot, j’avoue). Un jour j’ai réussi à enlever ce foutu t-shirt et c’était la libération. Mais j’avais quand même peur qu’on se moque de moi. Alors que j’étais avec mes meilleurs amis du monde quoi. Du coup je me cachais derrière ma serviette. Mais quand même, c’était un grand pas. Le pire c’est que jamais personne ne s’est moqué de moi par rapport à mon poids. On parlait de moi parce que je m’habillais bizarrement, mais pas parce que j’étais grosse. Je me suis construit tout ça dans ma tête.

DSC00514
VOILA J’ÉTAIS SUPER GROSSE HEIN

Je suis rentrée à Lyon pour faire ma Terminale L, c’était déchirant, je laissais tous mes amis derrière moi, mon nouveau lycée était super loin de chez moi. Ma vie pendant cette année, malgré de très bons moments, s’est résumée à me lever tôt, aller au lycée, rentrer, manger, et être sur msn jusqu’à 3H du matin pour parler à mes amis marocains. Je n’étais pas très bien, et je me sentais toujours trop grosse. J’ai séché tous les cours de piscine car j’avais peur qu’on se moque de moi. Les gens détaillaient beaucoup le physique des autres et je ne me voyais pas défiler devant eux en maillot de bain.

Ensuite bon je ne vais pas vous faire tout le détail de ma vie/études mais j’ai constamment trouvé mon corps trop gras, trop gros, quand j’ai découvert que j’avais de la cellulite, des vergetures, et des fesses rondes ça a été la catastrophe. Maintenant je complexais sur tout mon corps.

Parallèlement, j’ai commencé à me faire ma culture sur internet (Madmoizelle, et surtout sur tumblr). Tumblr m’a tellement éclairée sur le sujet, des choses qui me dérangeaient tel que le harcèlement de rue s’expliquait enfin pour moi. Et par là, j’ai ainsi pu me rendre compte à quel point la pression d’avoir un corps parfait est omniprésent dans notre société. Alors qu’on est tous différents. Y’a des nanas obèses que je trouve belles, des nanas maigres que je trouve belles. La pression de l’apparence physique qui repose sur les femmes est juste ouf.

Le bodyshaming bien sûr ne s’arrête pas aux grosses, les minces aussi en prennent plein la gueule (coucou Daisy Ridley). Parce que quand t’es une femme bah simplement t’es jamais assez bien. Il faut que tu sois mince, tonique, avec quand même une belle poitrine et un petit cul parce que sinon t’es pas assez bonne, mais attention à tes cuisses, si elles sont trop grosses elles vont faire fuir les mecs, ta cellulite est laide, achète cette huile miracle pour la faire disparaître. Oui parce qu’on existe QUE à travers le regard des hommes, forcément. Bien sûr les hommes aussi ont la pression du corps tonique, musclé, et ça aussi c’est inhérent au patriarcat. Car, les hommes doivent êtres virils, et les femmes fragiles et désirables. Yay.

rey-finn-star-wars-episode-vii
TIRED OF YOUR SHIT

Nos corps sont hypersexualisés. On à qu’à voir tous les bouts de tétons censurés sur internet, de femmes bien entendues, mais sérieux grandissez. Un sein c’est un sein, les hommes aussi en ont. Il y ‘a cette magnifique contradiction qui est d’en vouloir à une femme car elle n’est pas assez sexy et de lui en vouloir quand elle l’est trop. Putain on va jamais dire à un mec que sa tenue est limite parce qu’on voit ses jambes ou ses bras ou je sais pas quoi, nan quand t’es un homme tu peux être en débardeur ultra moulant et short personne en a rien à foutre.

On a cette pression de faire du sport mais quand on a un corps « trop » musclé en étant une femme et bah c’est dégueulasse, t’es plus une meuf.
5602835_silvana4

(coucou Silvana Lima)

Parce que sincèrement, POURQUOI on aurait l’obligation d’être belles et bonnes? C’est quoi ce délire? Et quand t’es bien dans ta peau « malgré » ton poids et tes rondeurs on te fait chier, et on te lance des cailloux dans la rue (oui oui).

cette pub a été censurée, car on y voit des bourrelets et une scène d’allaitement. tout va bien

Je pense CONSTAMMENT à comment je suis. Mon profil où mes fesses dépassent trop, j’ai peur de m’asseoir quand je suis en jean car on voit tous mes bourrelets. Sur la plage j’ai énormément de mal à me dévêtir, j’attends que tout le monde regarde ailleurs pour sortir de l’eau. Je regarde tous les jours ma cellulite; des fois où je suis vraiment pas bien je me pince super fort et lisse ma peau pour voir comment ça fait si j’en avais pas. Je déprime sur la grosseur de mes mollets, je trouve mon ventre énorme. Je me regarde sous toutes les coutures. Trouve toutes les semaines de nouveaux trucs sur lesquels complexer.

Et ça ne s’arrange pas avec les couvertures des magazines qui se remplissent de « soyez minces pour l’été », « perdez 10 kilos pour le mois de juillet », « nouvelle crème anti-cellulite ». Qu’on ne vienne pas me dire que la représentation de la femme dans les médias n’y est pour rien.

Ah oui j’ai oublié de vous raconter cet épisode si enrichissant qui date d’il y a 3 ans maintenant. Salariée, j’ai du donc aller chez le médecin du travail pour une visite imposée, soit. J’arrive, la médecin commence à me poser des questions, si tout va bien, je réponds que oui, elle me questionne sur mes habitudes alimentaires, ce que je mange au petit-déjeuner, enfin bon rien de bien méchant. Elle me mesure, et là commence le drame: elle me demande de me déshabiller (ce moment où tu es toujours très à l’aise, il fait froid, la lumière est moche), je vois qu’elle commence à faire la gueule, et me dis de monter sur la balance. Je ne sais plus quel chiffre s’affiche (mais je pèse lourd, j’ai toujours pesé lourd) et là elle commence à sortir sa petite courbe toute pourrie d’IMC  et me dis très sérieusement que je suis en grave surpoids. Que si je continue comme ça je vais devenir obèse. Là j’ai commencé à m’énerver et lui dire que j’ai toujours eu des formes, que je suis en bonne santé, qu’en plus je ne mange pas tous les jours à m’en faire péter le bide. Et là genre elle me regarde à travers ses lunettes, hoche la tête, en mode « je ne vous crois pas, vous devez bouffer mcdo tous les jours »  et me dit que c’est grave, que la courbe le prouve, je suis en mauvaise santé, qu’il faut que j’aille faire plus de sport (à l’époque j’allais à la piscine) et me mettre au régime. SÉRIEUSEMENT.

boohoo5
Gabifresh, flawless

En partant de ce rendez-vous ça n’allait pas. J’ai pleuré dans le bus pour rentrer chez moi. Et pour lui faire un gros fuck je me suis achetée plein de trucs bons à manger. J’ai posté des trucs sur tumblr. J’allais mieux.

Et, inconsciemment, cette visite chez le médecin m’a vraiment pourri la tête. Un mois après j’ai commencé à être dans le délire « healthy », à scroller des heures sur internet voir des filles super minces, musclées, qui prennent en photo leurs repas style fruits/muesli/noix. Je notais tous mes repas. J’étais contente d’avoir faim. J’ÉTAIS CONTENTE DE SENTIR LA FAIM. Franchement y’a pas un souci là? J’achetais des fruits, j’étais fière de moi de manger moins. Mon dieu. Au bout de trois mois je me suis arrêtée mais j’ai eu un autre épisode comme ça un peu plus tard. Avec du recul c’était assez flippant, surtout que j’en parlais à personne.

tumblr_nx7be8rynw1ut1kpfo1_500

Maintenant j’en suis là. Je suis pleinement consciente que s’il y a un souci, ça ne vient pas de moi. Mais c’est tellement ancré que j’ai beau savoir qu’on vit dans cette société-là, sexiste, grossophobe ça ne m’empêche pas d’avoir des jours où je me sens laide, ridiculement grosse, bizarrement formée. Et vraiment, ça m’obsède. C’est épuisant de penser constamment à mon apparence. D’avoir peur que les gens me trouvent grosse. D’avoir peur que mes amis parlent en mal de mon physique. Je me compare tout le temps aux autres filles. Je trouve que c’est injuste que je sois foutue comme je suis alors que toutes mes copines sont minces. Je me sens à part. C’est fou.

Alors franchement, j’en ai ras le pompom.

NIQUE LES COMPLEXES.

pvsj8gy
je sais pas si ça va rester mais nik

 

 

 

10 réflexions au sujet de « Du body shaming et du patriarcat »

  1. Ping : Du problème de la diet culture – Léa

  2. Ping : Riots not diets – THE SUN'S GONE WIBBLY

  3. Ping : BYE 2016! – The sun's gone wibbly ☼

  4. Ping : Vrac d’août + 1 an de blog – The sun's gone wibbly

  5. Ping : Inspiration pour début d’été pluvieux – The sun's gone wibbly

  6. Maman oiseau

    Je suis en train de réfléchir sur la vidéo du Cosmopolitan qui, comme tu l’as écrit, a été censurée parce qu’on y voyait des « bourrelets et une scène d’allaitement » Je ne sais pas exactement dans quel but elle a été tournée, mais elle reste paradoxale voire complètement contradictoire car tous les corps/visages présentés ne montrent aucun bouton/vergeture, les peaux sont lisses, belles et brillantes, les femmes sont épilées jusqu’aux formes des sourcils, bien coiffées, etc.
    Donc je trouve ça finalement assez hypocrite car la vidéo semble prôner les corps des femmes que l’on dit aujourd’hui « avoir des formes », mais finalement ce ne sont toujours pas des « femmes de tous les jours » que l’on voit.
    Bien sûr, les médias (journaux mais aussi films, photos) servent aussi à nous faire rêver, à nous donner des idéaux (à quoi bon regarder un film si c’est pour retrouver exactement notre vie : peu d’intérêt créatif/d’évasion/d’imagination).
    Bref, du coup je trouve ce genre de vidéos un peu vain à la réflexion.

    Heureusement que les blogs permettent à des gens comme toi de narrer de véritables histoires, sincères et non « photoshopées », ça a bien plus de charme que ce genre de vidéos ❤

    Aimé par 1 personne

  7. Elise

    Ma belle, merci pour ce témoignage. Je suis tellement tellement d’accord avec toi.
    Mon histoire est différente car j’ai tjs été plutôt mince et c’est durant ces 10 dernières années sue mon corps a changé, car mes habitudes de vie ont changé aussi… bref, résultat j’ai pris 20 kilos en 10 ans, et on peut dire que ma vie de mince est derrière moi lol, mnt je suis ds le camp des pulpeuses et je dirais même que j’en suis fière. Ça n’a pas été simple malgré tout. Déjà au début on ne voit pas son corps changer. Ça se fait tout doucement. Et on garde la représentation de nous qu’on avait en tête depuis tout ce tps. Puis viennent les réflexions. De l’entourage. De la tante qui ds la cuisine s’adresse discrètement à ma mère pour lui dire « dis donc Elise euh… elle a bien grossi! » Le copain qui vient enfoncer son doigt ds le gras de ton ventre, soi-disant pour rigoler, mais surtout pour te faire passer un message. Puis vient la prise de conscience, on réalise qu’on a bel et bien changé. Dur dur de s’accepter alors pcq en effet, tous les modèles qu’on nous propose n’ont plus rien de commun avec notre corps. On ne s’identifie pas à ces corps d’une extrême minceur qui s’étale partout ds tous les médias. Alors forcément on se dit que c’est nous qui sommes en faute, qu’on est en tort, et qu’on doit tout faire pour ressembler le plus vite possible à tous ces canons rachitiques avec leur « thigh gap » (mon dieu quelle connerie ce truc) et autres abdos et fessiers de barbie qui n’existent même pas en vrai. On se met à faire attention à tout ce qu’on mange et boit, calculette de calories ds le cerveau, et la vie devient triste et fadasse. Moi j’aime manger, j’aime boire, j’aime rigoler, je suis une bonne vivante. J’ai compris que je ne voulais pas renoncer à ça pour devenir une excitée du régime, aigrie et triste. Je veux rester moi même, avec mes bourrelets et mon petit bidon bien gras (oui oui mon bidon je le cache aussi mais il est bien rebondi… 😉) donc jour après jour, j’apprends à aimer mon nouveau moi. Et mon regard à changer sur la beauté féminine. Avant j’étais une terroriste, je ne concevait la beauté que mince et tonique. Mais c’est n’importe quoi ça. La beauté c’est être bien dans sa peau et dans sa tête. A mes yeux Lea et même si on se connaît encore peu, tu incarnes cette beauté. Une beauté ronde, aux formes généreuses, qui s’assume et n’a pas peur de se mettre en scène. J’admire énormément cela car j’ai encore du mal à le faire. Je te trouve magnifique et ce depuis le premier jour. Ne change rien surtout!
    Et un gros fuck à cette société. Qui repose sur du faux et du mensonge. Qui promeut des corps féminins qui ne représentent même pas la réalité de ce que sont les femmes dans la vraie vie. Les filles, on pourra jamais ressembler à ces photos, pcq c’est truqué et photoshopé et tout simplement faux. Soyez bien ds vos baskets et un gros doigt au diktat de la minceur. Dire qu’au 17ème ct les rondes les canons de beauté… Être ronde était synonyme de santé richesse et donc de beauté. Les minces et bronzees ct le filles du peuple, les gueuses… on s’est trompé de siècle lol!
    Encore merci ma belle. Tu es au top et chapeau bas pour ces confidences, qui font écho et résonnent en moi. 💖💖💖

    J'aime

  8. Chalou

    Tu as bien raison d’écrire cet article, c’est vrai qu’on est sans cesse inondés d’images de « beau » et d' »idéal » et tu te dis purée, moi je serai jamais comme ça, bouh, alors qu’au fond ce sont des efforts tellement inutiles ceux pour ressembler à quelqu’un d’autre. Let it be comme dirait l’autre 🙂 Bisous ❤

    Aimé par 1 personne

  9. Sandie

    Je suis mille fois d’accord, nik les autres, heureusement qu’on est pas toutes identiques. Allez on s’assume et puis toi t’es tellement bellle et claassse que tu n’as rien à changer ( à part de robes tout le temps comme d’hab 😀 )
    VAZY MA LEA, vire toutes ces idées qui pourrissent la vie ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s